"L'ultime cri de Frida Kahlo"

Vibrant hommage à l'icône mexicaine.

 

 

"L'Ultime cri de Frida Kahlo" 

 

Pour cet hommage à l’icône Mexicaine : Frida Kahlo, la compagnie encourage la Pascale Barandon à porter un projet original. Elle invite un groupe de créateurs : Auteur, Metteur en scène, scénographe, musicienne, concepteur lumière et vidéaste pour une aventure originale en référence à l’exposition de Mexico d’avril 1953.

 

Auteur : Anne-Marie Cellier - Metteur en scène : Fred Tournaire - Comédienne : Pascale Barandon - Violoncelliste : Christine Radais - Scénographe : Daniel Fayet - Concepteur lumière : Maurice Fouilhé - Créateur d’images : Fred Ladoué

 

Frida, bravant les convenances, arrive dans son lit avec une incroyable volonté de vivre et de se réinventer.

 

Le collectif d’artistes autour d’un texte poétique, théâtralise le dernier cri de la rebelle mythique. Le lit miroir se joue du feu étrange qui brûle dans les yeux de cette diablesse vive et fragile, espiègle et écartelée. La volupté du violoncelle se mêle aux envolées d’un corps en lutte. La mise en lumière d’une sensualité résistante illumine les images. Frida en fin de vie se joue de son image avec une vitalité exceptionnelle et entre lutte avec son rire et ses larmes !

 

Féministe avant l’heure, artiste hors du commun, une femme nouvelle se dresse ; clame l’amour, l’art et la révolution !

 

"La force déterminée et la résistance exceptionnelle de cette excentrique recluse nous entraînent dans un moment poétique unique." 

 

 

 

 

Frida Kahlo

Peintre Mexicaine (1907 - 1954)

 

"Elle est la première femme dans l'histoire de l'art à avoir repris avec une sincérité absolue et impitoyable et on pourrait dire avec une impassible cruauté les thèmes généraux et particuliers qui concernent exclusivement les femmes" Diego Rivera

 

"Je serai l'amie de ceux qui m'aiment telle que je suis"  - "Pieds qu'ai-je besoin de vous si j'ai des ailes pour voler" - "Je ne suis pas malade, je suis brisée. Mais je me sens heureuse de continuer à vivre, tant qu'il me sera possible de peindre"  Frida Kahlo

 

 

« Son œuvre est acide et tendre, dure comme l’acier et subtile comme l’aile du papillon, adorable comme un sourire et cruelle comme l’injustice de la vie… Jamais auparavant une femme n’a transposé une telle souffrance poétique sur la toile » Diego Rivera

 

 

« Le travail de Frida Kahlo brille comme un diamant au milieu d’un brouillard » Diego Rivera

 

 

"L'Ultime cri de Frida Kahlo" :

 

LA PRESSE ...

- « Viva Frida ! L’histoire est émouvante, mais l’énergie de la comédienne qui transmet celle de Frida Kahlo, éloigne tout pathos. » La gazette de Montpellier

- « Fred Tournaire (metteur en scène) et Daniel Fayet (scénographe) ont compris que l’élégance était la meilleure façon de laisser toute sa place à l’exubérance des mots et à la violence des sentiments de cette artiste qui jamais ne renoncera . Un moment de théâtre intense. Pascale Barandon allias Frida Kahlo, offre ici une nouvelle palette de son lumineux talent. Elle a saisi le public par un monologue fervent où la passion , la gravité, la violence, le disputent à de purs moments de poésie servis par le très beau texte d’Anne-Marie Cellier » Midi Libre

- « Frida Kahlo est une sorte d’Antigone, elle dit non à la maladie, non à l’évidence, non à la mort » La gazette de Montpellier

- « Attention ! Cette pièce n’est pas un drame ! C’est la pulsion de vie qui vous cloue sur place. Les émotions sont fortes, mais la vie l’emporte sur la mort vous donnant à réfléchir au sens des mots  liberté et passion en quittant votre chaise refuge. Pascale Barandon, la comédienne, joue avec une passion débordante, elle vit la douleur, l’amour, traverse les ressentis avec justesse et se donne à 100%, performance d’autant plus exceptionnelle qu’il s’agit là d’un monologue » L’avis culturel

 - «  Frida, viva la vida ! Un puissant monologue, nerveux et poétique, porté par la comédienne magnifique Pascale Barandon , autour d’elle, la violoncelliste Christine Radais tisse une toile de notes sensuelles » La gazette de Nîmes

- « Un spectacle très plastique, grâce à l’apport de la vidéo et des lumière...Une actrice en état de grâce ... Comment rester insensible à ce déchaînement de passion. Fred Tournaire (mise en scène), Daniel Fayet (scénographe), Maurice Fouilhé (éclairages) et Fred Ladoué (effets vidéo) se font complices avec grand art de cette passionaria envoûtante. Chapeau bas les artistes ! » Midi Libre

- " Colombe aux ailes d'airaim et à la jambe de bois, cette enfant de la révolution mexicaine mettra dans sa peinture toute l'exubérance, la grâce et la douleur qui la caractérise. C'est cette facette là de l'artiste héroïque et fragile, qu'a voulu partager avec le spectateur Pascale Barandon, initiatrice du projet et actrice à part entière. Recluse sur un lit à baldaquin, cette dernière étale son talent avec justesse pour incarner avec sincérité l'artiste et faire corps avec le texte poétique et fiévreux d'Anne-Marie Cellier. Si l'auteur a su mettre dans les mots toute la Rage d'aimer et de vivre de Frida Kahlo, Fred Tournaire, le metteur en scène, lui a réussi par une subtile mise en scène à orchestrer cet élan de liberté. En toile de fond, les intermèdes musicaux tout droit sortis du violoncelle de Christine Radais épousent parfaitement cet ultime cri" La Marseillaise